Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
L'Estoc du Banquier

L'Estoc du Banquier

Qu’est-ce qui est plus moral, créer une banque ou l’attaquer ? - Bertold Brecht - L’Estoc du Banquier a lumière s’est éteinte soudainement et le bruit sec de l’interrupteur qu’on abaisse s’est répandu le long des coursives vétustes et des couloirs aux...

Lire la suite

La Peau du Chagrin

La Peau du Chagrin

La peau du chagrin aloperie de toro, saleté, hijo de putana, valet du diable, tueur, assassin, …“. Intarissable, rongé d’une colère qui enflait de plus belle dans le flot incessant des injures, José n’en finissait pas d’insultes, expurgeant dans cette...

Lire la suite

Mil Toros

Mil Toros Mil toros à la porte de ma vie, Mille rumeurs. Deux mille cornes et un seul cœur. Silences. Mil toros m’écoutent, Mille questions. Deux mille cornes et un seul corps. Murmures. Mil toros coulent en moi, Mille rivières. Deux mille cornes et une...

Lire la suite

Mil toros y uno

Mil toros y uno

Pour Gabriel Sandoval En écho à tes coplas vibrantes de rêves et de paix, mi hermanito. Ton âme sœur. Mil Toros y uno ’aime le silence des arènes vides au petit matin brumeux, quand les vapeurs de la nuit enrobent encore les planches endormies des burladeros,...

Lire la suite

A la grande porte de l'oubli

A la grande porte de l'oubli

INTRODUCTION au texte "La Puerta Grande del Olvido" Pendant la seconde guerre mondiale, de 1942 à 1944, en Camargue, à Saliers, un camp d’internement pour les gitans a été créé par le gouvernement de Vichy. Au milieu de Nulle part, Entre marais et moustiques,...

Lire la suite

La puerta grande del Olvido

La puerta grande del Olvido

La puerta grande del Olvido l y avait sur le parchemin de son visage toute la carte de l’Espagne, pas celle de bitume blanchi et fondu qui ne parcoure que la surface des choses ou accélère la courbe des profits en creusant celle de la misère, pas celle...

Lire la suite

Main de Velours

Main de Velours

Main de velours ans le silence de la longue maison aux murs irréguliers, blancs et nus, telle un métronome implacable et solitaire, l’horloge de l’entrée martèle l’air et le temps de son balancement sonore et grave. Quelques poussières égarées divaguent...

Lire la suite

Broderie des mots

Catherine, J'ai fini ton 2è livre Mon Dieu comme tu écris bien ! Quelle sensibilité ! Quelle broderie des mots. Comme tu fais bien passer le fond des êtres. J'ai aimé ton livre, moi qui n'aime plus la corrida mais qui sait à quel point elle peut bouleverser....

Lire la suite

Sur la route

Sur la route

FERIA des VENDANGES à NIMES A l'invitation de la librairie Goyard, je dédicacerai mon dernier recueil de nouvelles taurines "Et la lune nous regardait" paru aux éditions Cairn en mars dernier samedi 15 Septem bre de 15h30 à 17h Si vos pas vous portent...

Lire la suite

QUAND LES TOROS TOUSSENT

QUAND LES TOROS TOUSSENT

Parce que j'aime les toros, à aucun prix, je ne voudrais les entendre tousser la nuit au fond du campo, tousser, suffoquer, puis se cacher pour mourir. Aussi, je vous invite à partcipez à "l'inventaire citoyen" des urgences environnementales. ce qui ne...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>